•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Installation d'une anamorphose typographique sur la façade de la Maison des Métallos Paris, mars 2012.

En mars des mots apparaîtront sur la façade de la Maison des métallos, tourneront à gauche et iront au fond… En arpentant la rue Jean-Pierre Timbaud un mur interpelle les flâneurs: «Ici tu es» et en passant devant l’entrée du 94 pour un instant, presque subliminalement, le mot «ailleurs» apparaît. Quand on s’approche il se fragmente, disparaît jusqu’à retrouver son point de vue. L’ailleurs est éphémère, mais bel et bien ici dans ce haut lieu de la bataille de l’imaginaire.

Un imaginaire métissé, fragile, histoire d’un instant.